Management : Savoir donner envie

Le management recouvre de nombreuses facettes, entre organisation, gestion, administration, animation, suivi… Généralement, on l’aborde en fonction de sa propre sensibilité : plus ou moins technique, plus ou moins gestionnaire, plus ou moins humaine… En sachant qu’on n’est jamais tout l’un ou tout l’autre !

Cependant, il y a une chose dont tout manager devrait être pourvu, c’est la capacité à DONNER ENVIE. Donner envie de participer, de s’investir, de donner le meilleur de soi-même. Sans cette envie, la meilleure organisation ne donnera que peu de résultats, spécialement si les temps sont durs…

Alors, comment réussir à donner envie ?

Manager, c’est d’abord comprendre la nature humaine

Tout être humain est animé par des besoins psychologiques plus ou moins marqués en fonction des individus mais universels.

Parmi ces besoins, celui d’abord de se sentir en sécurité, autrement dit non menacé au quotidien pour de mauvaises raisons liées à des travers comportementaux. Les vraies menaces sont suffisantes pour ne pas en rajouter…

Le besoin de se sentir compétent, donc employé de la meilleure manière possible en fonction de ce qu’il peut apporter.

Celui aussi de se sentir autonome pour pouvoir prendre son destin en main, se sentir capable de compter sur ses propres aptitudes pour se développer en toute confiance. Le sentiment de liberté naît d’abord de la satisfaction de ce besoin d’autonomie.

Le besoin de reconnaissance est lui aussi très important. Il s’exprime dès les tout premiers moments de l’existence et se manifeste souvent jusqu’à la fin… La reconnaissance qu’on nous accorde permet de renforcer l’estime de soi, même si la vie nous apprend à relativiser le regard extérieur afin d’éviter d’en dépendre excessivement. Mais reconnaissons humblement que toute reconnaissance est bonne à prendre et favorise aussi les liens sociaux !

Le besoin enfin de réalisation, la plus complète et authentique possible. Et il appartient à tout manager d’être attentif à ce qui permet à chacun de ses collaborateurs de se réaliser, au moins dans le cadre de l’entreprise. Quelle mission, quel projet, quelle équipe, quelle clientèle, quelle technicité, quelle contribution sociale…

Manager, c’est s’adapter aux individus et aux situations dans leur spécificité

Tout manager doit comprendre que bien exercer sa mission suppose de l’aborder à travers la qualité de chaque relation humaine qu’il est capable de mettre en place.

Chaque individu a besoin de se sentir entendu, compris, considéré (cf. besoin de reconnaissance). C’est le rôle du manager de réussir à démontrer qu’il a cette capacité à reconnaître en chacun sa valeur intrinsèque. Lorsque cette valeur n’est pas encore démontrée, c’est un travail à deux qui doit se mettre en place pour révéler ce qui peut et doit l’être. Révéler la singularité qui peut contribuer à la réussite du collectif.

Cela demande du temps, mais au-delà du temps, cela exige de la proximité et de l’empathie. De l’écoute et de l’intérêt. Pour pouvoir être proche, il faut le vouloir, en faire une priorité. S’organiser pour ces moments privilégiés de partage qui vont parfois jusqu’à la complicité, car c’est de ce rapport étroit que naît la confiance, ce socle essentiel.

Manager, c’est savoir libérer l’énergie !

Comprendre et s’adapter sont les deux premières étapes indispensables à une collaboration de qualité.

L’étape suivante est celle de la transformation positive, celle qui permet de mobiliser, fédérer, transcender les individus et les organisations. Et pour y parvenir, pas d’autre choix que de libérer les énergies. Il faut savoir donner envie !

Cela implique non pas de transférer ses propres envies sur les autres, mais de faire se rejoindre les envies afin qu’elles convergent dans une direction commune qui trouve sens aux yeux de chacun.

Cette convergence passe par une communication adaptée, par un véritable dialogue, l’attitude juste, les mots justes, l’audace de tout se dire, donc de supprimer les non-dits.

Elle passe par une vision claire, enthousiasmante, constructive dont le manager doit être totalement imprégné. Une vision qui fait trop souvent défaut dans les organisations, d’où les nombreuses dispersions.

Elle passe également par la capacité à avancer main dans la main à chaque étape, dans un esprit de solidarité, et aussi dans un fort ancrage dans le présent pour construire un futur possible plutôt qu’illusoire.

Les managers et les collaborateurs ont en commun le fait de douter, de s’interroger (qu’ils le montrent ou pas). Chacun tente de faire de son mieux dans un monde dont il ne maîtrise pas tous les codes. La capacité à se mettre en mouvement ensemble, avec intelligence, est certainement leur meilleure manière d’avancer pour relever les défis, quels qu’ils soient.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn