Les principes de l’équilibre

L’équilibre, réflexe gagnant

L’équilibre est notre nature profonde, notre vraie richesse intérieure. Lorsqu’il est érigé en philosophie de vie et d’entreprise, il devient la clé qui permet de réconcilier durablement bien-être, création de valeur et relation harmonieuse avec notre environnement.

S’appuyant sur sa double expérience de dirigeant et de pratiquant d’arts martiaux, Eric Hubler a peu à peu développé une approche du « Leadership par l’Equilibre » qu’il transmet à travers sa méthode Aïkido Management®.

Ce modèle d’excellence personnel et professionnel permet un véritable réalignement de l’individu. L’aidant à gérer avec davantage d’efficience et de sérénité les différentes situations du quotidien.

S’adressant à des publics variés au sein d’organisations très diverses, il répond avec pertinence aux nouveaux enjeux de mutation du 21ème siècle. Des enjeux qui exigent de chacun d’entre nous non seulement une grande capacité d’adaptation mais également beaucoup de force intérieure. D’intelligence relationnelle et d’esprit de responsabilité. Ces qualités se construisent pas à pas, en suivant la voie de l’équilibre.

Énergie, passion, ambition, confiance, méthode, esprit positif, bienveillance, connexion aux émotions sont autant de composantes essentielles de l’équilibre pour pouvoir, par exemple :

  • Sortir des impasses en découvrant de nouvelles voies de développement.
  • Trouver sa juste posture de leader et libérer la puissance de son leadership.
  • Mobiliser ou remobiliser, diriger ses équipes en mêlant fermeté, douceur et agilité.
  • Prendre du recul sous la pression, agir avec justesse dans les situations de transition ou de crise.
  • Vivre une vie pleine et heureuse, être en paix avec soi-même, avec les autres…

L’équilibre : de quoi s’agit-il ?

L’équilibre est une notion complexe, aux multiples facettes.

Interrogés sur ce qu’il représente à nos yeux, nous le ramenons généralement soit à des concepts d’ordre mécanique ou scientifique. Soit à notre équilibre propre, individuel car c’est celui qui, a priori, nous concerne le plus directement. Nous faisons un lien entre équilibre et bonheur. Equilibre et épanouissement personnel. Equilibre et hygiène de vie. Equilibre et satisfaction de nos besoins et désirs.

Dans ce cas, nous voyons essentiellement la dimension « être équilibré » de l’équilibre. Pensant par exemple aux efforts qu’il nous reste à faire pour équilibrer vie professionnelle et vie privée…

Plus généralement, on peut définir l’équilibre comme une « balance permanente entre des déséquilibres sans cesse exprimés et rattrapés ». Il s’agit donc d’une notion intrinsèquement dynamique et non statique. L’équilibre est par essence précaire, instable, variable d’un instant à l’autre.

On constate que le maintien des équilibres individuels, relationnels, économiques, environnementaux…, est au cœur de toutes les problématiques de ce début de 21ème siècle. Et il faut bien admettre que pour beaucoup d’entre nous, ce sont souvent les déséquilibres qui lʼemportent. Avec des effets parfois catastrophiques.

L'équilibre Conseil

Équilibre, déséquilibre et crise

La crise majeure que nous traversons depuis quelques années n’est pas simplement une crise financière, économique et sociale. Cette crise globale sans précédent, qui s’est en réalité forgée au cours des dernières décennies, n’épargne aucune génération. Elle est avant tout une crise de confiance et de valeurs, qui trouve son origine dans la perte de sens. De repères face à de nouveaux modes de vie et de pensée.

Les déséquilibres s’expriment partout. Créant la souffrance aux quatre coins du globe. Des catastrophes écologiques aux scandales politiques et financiers. En passant par les bouleversements économiques aux multiples conséquences sociales. Ou bien encore par le développement de l’insécurité, de l’égoïsme et de l’ignorance. Il semble que personne ou presque ne soit aujourd’hui épargné.

À chaque jour son lot de révélations stupéfiantes, faisant la part belle au cynisme au détriment de la moralité, sérieusement mise en péril.

Face à ces nombreux déséquilibres, il nous incombe, chacun à notre niveau, d’inverser la tendance et d’incarner l’équilibre auquel nous aspirons. Sans attendre que le changement vienne des autres.

Une chose est sûre. L’Homme est pour l’essentiel à l’origine des déséquilibres tant humains qu’environnementaux que nous rencontrons aujourd’hui. Et pour pouvoir tenter de rééquilibrer ce qu’il a, consciemment ou non, déséquilibré, il est essentiel au préalable qu’il en reconnaisse et en assume la responsabilité.

Cultiver l’équilibre

L’équilibre est notre nature profonde. Ce que nous avons fini par oublier, soumis que nous sommes à la pression exercée par notre environnement globalisé. Hyper compétitif et contraint par la loi du marché ou du plus fort.

Cultiver l’équilibre suppose d’abord de prendre la décision de nous rééquilibrer à tous les niveaux (physiologique, mental, émotionnel, spirituel, relationnel…). D’adopter la discipline quotidienne qui nous permettra d’y parvenir peu à peu. Et de développer de nouveaux automatismes afin que l’équilibre devienne progressivement un nouveau réflexe dans notre façon de penser, de communiquer et d’agir.

Cultiver l’équilibre, c’est aussi défendre des valeurs de respect et décider d’y aligner nos comportements. Sans compromis ni déviation. Dans un monde où la violence tend à se généraliser, cela devient une question de survie…

Un véritable « code de conduite »

L’approche proposée par Eric Hubler repose sur un code de conduite. Il est le fruit de plusieurs années de recherches et d’analyses portant sur l’impact des valeurs et des comportements sur la performance des organisations et le bien-être des personnes.

Ce code d’honneur du « guerrier pacifique » moderne est en réalité un guide de l’excellence comportementale pour les personnes et pour les organisations, proposant une voie de développement par l’équilibre pour les générations actuelles et celles qui nous succèderont. Un code certes exigeant mais à la portée de tous…

L’équilibre, notre responsabilité à tous

Nous sommes globalement trop peu conscients de notre rôle pourtant déterminant dans la dimension « relationnelle » de l’équilibre. A savoir notre rôle d’acteur équilibrant ou déséquilibrant selon les cas.

En effet, notre manière d’être et d’agir impacte directement nos relations avec notre entourage. Mais également les relations que notre entourage entretient avec son propre entourage (par effet de conduction) et ainsi de suite … La nature équilibrée ou non de ces relations en chaîne conditionne à son tour les organisations auxquelles nous appartenons. Puis tout ce qui cohabite avec ces organisations : le marché, la société civile, l’environnement naturel… Autant de sphères qui s’imbriquent en totale interdépendance. Rien n’est anodin…

A titre d’illustration, une parole malheureuse, un regard déplacé, une phrase excessive ou ambiguë (dans un échange, un email, un blog…) peuvent, telle une onde de choc, « altérer » une autre personne et la relation entretenue avec elle. Divers effets pourront alors se produire : mutisme, repli sur soi, mauvaise ambiance, résultats en déclin, rupture, voire poursuites ou menaces (de mort parfois !). Pour n’en citer que quelques-uns.

Mais l’inverse est également vrai. Une parole bienveillante ou un sourire authentique peuvent produire des miracles, dans la vie comme dans les affaires. Une seule personne peut transformer une ambiance et même toute une organisation ! Nos vies sont remplies de ces attitudes équilibrantes ou déséquilibrantes aux multiples effets. Plus ou moins visibles. En avons-nous suffisamment conscience ? Avons-nous le désir de progresser sur ce plan ? Individuellement et collectivement ? Des questions essentielles à nous poser si nous souhaitons améliorer la qualité de nos vies. De nos entreprises et du monde dans lequel nous évoluons.

Main dans un champ de blé

Contribuer à l’équilibre

Chaque jour, partout dans le monde, de belles manifestations d’équilibre réchauffent le cœur et rassurent. Soucieuses de contribuer à l’équilibre de l’autre ou de la nature, de nombreuses personnes de toutes conditions s’engagent dans des initiatives visant à rééquilibrer ce qui ne l’est pas ou ne l’est plus : en apportant de la nourriture, des soins, de la chaleur humaine et de l’espoir à ceux qui en manquent, en protégeant l’environnement naturel et les différentes formes de vie, en favorisant l’accès au microcrédit pour les plus démunis, en contribuant à une politique locale saine et proche des gens, en développant des projets constructifs et fédérateurs de toutes natures, etc.

Ce faisant, elles font de leur mieux pour favoriser, chacune à leur manière, les forces d’équilibre sur notre planète, sérieusement défiées par celles de déséquilibre, de chaos, de destruction qui sévissent partout. La solidarité, la proximité, le partage, l’amour et la joie sont incontestablement les plus belles manifestations d’équilibre qui soient, indispensables pour pouvoir vivre ensemble et s’épanouir.

C’est d’abord en chacun de nous que luttent en permanence les forces d’équilibre et de déséquilibre, il est capital que nous en ayons conscience. Si nous n’y prenons garde, les équilibristes que nous sommes risquent de tomber du fil et d’en faire tomber d’autres… Il nous appartient donc de cultiver l’équilibre en nous et dans notre relation aux autres, le plus souvent possible, car c’est la somme de ces petits ruisseaux d’énergie positive qui produira les grands torrents.

Gandhi disait, « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. » Un magnifique appel à l’esprit de responsabilité !

L’équilibre, voie de l’excellence

Un adage empreint de sagesse, dit : « Celui qui renonce à devenir meilleur cesse déjà d’être bon ».

La question est de savoir quand et comment nous devenons meilleurs, sur la base de quels critères. Développer ses résultats au détriment de l’équilibre, sous ses différentes formes, n’est pas devenir meilleur, loin s’en faut.

La quête de réussite, quelle qu’elle soit, devrait notamment être empreinte de respect d’un bout à l’autre de la chaîne : respect de soi, des autres, de la collectivité, de l’environnement naturel, sociétal, de toute forme de vie.

Certes, l’équilibre n’est pas la voie de la facilité, mais il est le meilleur garant du bonheur et du succès dans la durée.

L’excellence par l’équilibre est une « voie du milieu » qui se méfie des extrêmes, des manques comme des excès, et s’efforce de les anticiper pour les éviter. Car toute situation extrême, même si elle peut momentanément sembler séduisante ou plus simple, aura le moment venu besoin d’être contrebalancée, et le prix à payer est souvent très élevé. Un prix que l’on ne devrait pas ignorer, notamment parce qu’il n’engage pas que nous-mêmes…

 

L’équilibre, une voie ambitieuse de la performance

L’approche proposée, empreinte de bon sens, est basée sur l’épanouissement et l’engagement des hommes et des femmes associés au respect de leur environnement global. Elle est fondée sur l’idée que la valeur ajoutée réelle des organisations repose avant tout sur l’humain et sur la mise en place de relations équilibrées et équilibrantes, à tous les niveaux, en interne comme en externe.

La confiance et la motivation des collaborateurs sont à la base de leur engagement et de leur performance. Chacun doit se battre pour des valeurs auxquelles il croit et souscrit pleinement, des valeurs respectant l’équilibre général. À ce titre, tout dirigeant soucieux de performance devrait en faire une priorité absolue et consacrer tous ses efforts au déploiement concret et opérationnel de ces valeurs au sein et au-delà de son organisation. Au quotidien et dans la durée, cela change TOUT !

© 2015 Eric Hubler - Création et optimisation par VERTICAL SQUARE